Linkedin Partager

Ostéo et femme enceinte

De nombreuses modifications de la statique pelvienne ont lieu au cours de la grossesse pour permettre au fœtus de se développer d’une part, et à la mère de s’adapter et de se préparer à l’accouchement d’autre part.

La statique pelvienne dépend de plusieurs paramètres, à savoir :

  • La forme du complexe lombo-pelvi-fémoral (symphyse pubienne, coccyx, sacrum, unité fonctionnelle rachidienne lombaire, sacro-iliaque et coxo-fémorales).
  • La forme et la situation des organes au sein du caisson abdomino-pelvien.
  • Le système de suspension : ligaments utérosacrés et de Mackenrodt, fascias pelviens.
  • Une régulation active à l’aide d’une synergie musculaire entre muscles abdominaux et pelviens.
  • Un système de régulation nerveuse.

Lors de la grossesse, le développement du fœtus et les modifications du corps de la femme enceinte provoque un déplacement du centre de gravité vers l’avant. Il y a alors création d’un déséquilibre antérieur que la femme compense malgré elle pour qu’elle puisse maintenir une posture optimale érigée (flessum de genoux et rotation externe des membres inférieurs, hyperlordose lombaire et cervicale). Chez elle, les déséquilibres posturaux sont souvent associés à un syndrome douloureux.

La coordination entre les muscles multifides, le diaphragme, le transverse de l’abdomen et le plancher pelvien se perd. En conséquence la stabilité de la ceinture pelvienne également. Face à la croissance du bébé et le poids de l’utérus, la lordose lombaire se raccourcie pour augmenter la nutation du bassin et faire place au bébé qui grandit. La sphère viscérale et le système d’attache de l’utérus (lames, ligaments larges et ronds) sont contraints. L’élasticité et la résistance des différents ligaments et haubans musculo-tendineux sont mises à rude épreuve. Les tensions subies par les lames se transmettent au sacrum et perturbent l’état de tension du bassin. A l’inverse, tout déséquilibre mécanique du bassin peut induire des tensions sur le système d’attache et sur le périnée.

Enfin, les modifications du système cardio-vasculaire sont également importantes, les hormones libérées sont susceptibles d’avoir un impact sur l’appareil locomoteur (progestérone, œstrogène, relaxine). Au niveau de la symphyse pubienne on observe la transformation du cartilage hyalin (pauvre en collagène) par un fibrocartilage (lui riche en collagène). Ce phénomène permet l’élargissement du bassin pour préparer l’accouchement et serait réversible sous 3 à 5 mois en post partum.

Tout ceci explique l’apparition de douleurs lorsque le corps n’arrive plus à « compenser ». L’ostéopathe va tout au long de la grossesse avoir un travail éducatif postural de réorganisation globale du corps. Nous devons assurer un équilibre corporel confortable, une mobilité physiologique des viscères et des articulations, pour ne pas voir apparaître des douleurs.

femme eincte et osteo

 

 

 

 

Le traitement ostéopathique va permettre d’optimiser la préparation du corps à la naissance. C’est pourquoi il peut être intéressant que votre ostéopathe vous suive avant et après l’accouchement! La séance avant l’accouchement permet de vérifier la parfaite mobilité du bassin et de l’axe vertébral, qui sont des structures importantes pour le jour J. La séance après l’accouchement permet quant à elle d’aider la maman à retrouver la forme et optimiser le travail au préalable des autres professionnels de santé : kinésithérapeute et sage femme (rééducation périnéale, rééducation abdominale).

Notre prise en charge se fera selon les recommandations de bonnes pratiques (selon la SEROPP) qui suivent:

  • Adapter les positions de traitement en fonction des modifications morphologiques dues l’avancée de la grossesse.
  • L’état fébrile, algique, devra amener l’ostéopathe à reporter la consultation ou/et à orienter vers un gynécologue obstétricien, sage femme ou aux urgences maternité.
  • Concernant la grossesse gémellaire: la prise en charge sera possible avec l’accord du gynéco.
  • Les techniques en ostéopathie seront respectueuses de l’état physiologique particulier de la femme enceinte, du post partum, notamment au niveau cardio-vasculaire (ne pas coucher la femme sur le coté droit avec risque de compression de la veine cave) et sur les techniques de hanches.
  • Connaitre les signes d’urgence gravidique.
  • Connaitre les pathologies psychiques de la femme enceinte et de la mère (diplôme universitaire réalisé en 2018 par votre ostéopathe sur ce sujet à Béclère).
  • Accompagner les choix des mamans et des parents, sans prendre de parti pris au sujet de l’allaitement maternel ou artificiel, les vaccinations etc.

Voir aussi dans ma section « articles » : Prise en charge globale du post-partum: les recommandations. 

Alors, quand consulter ? :

Lors de douleurs lombaires, coccygiennes, sciatalgie, cruralgie : Ce sont des douleurs en barre horizontale avec ou sans irradiations dans la jambe. La station debout prolongée, la marche et certains mouvements pourtant normaux, deviennent très difficiles à exécuter.

Lors de douleurs « ligamentaires » qui se situent au niveau du pubis/creux inguinal et sont dues à l’inflammation du muscle ilio-psoas ou alors au syndrome de Lacomme (distension ligamentaire au niveau principalement de la symphyse pubienne). Egalement parfois en complément du traitement réalisé par un kiné ou une sage femme vis à vis des incontinences urinaires et prolapsus pelviens.

Lors de remontées acides ou reflux gastro-œsophagien (et autres pathologies digestives type constipation), peuvent être causés par la compression de l’estomac sous la coupole diaphragmatique et donc créer des dysfonctions tissulaires à l’origine d’acidité rétro-sternale.

Lors de sensations d’oppression thoracique ou difficultés à la respiration.

 

Cabinet
22 Boulevard Richard Wallace
92800 Puteaux

Prendre rendez-vous
06.31.27.40.79

OstéoBio
Site créé par WSI Val d'Europe